•       CENI : Voici le nouveau schéma Nangaa

 


Instruit par la triste expérience de 2006 et 2011, le président de la CENI propose une réforme électorale en RD Congo, avec un mode semi-électronique. Le système électoral proportionnel expérimenté en 2006 et en 2011 en RD Congo a prouvé ses limites. Instruit par cette triste expérience, Corneille Nangaa, président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), suggère une réforme électorale, avec un mode semi-électronique. Il l’a déclaré hier mardi 5 septembre, au cours d’une rencontre avec des patrons de presse, au 2ème étage de l’immeuble ex-Kin Mazière à Kinshasa. Aucun mode de scrutin n’est parfait dans l’absolu, mises à part la conjoncture et les obligations d’une société à une époque précise. Ainsi, est-il préférable de préciser les objectifs politiques à atteindre et choisir le mode de scrutin qui convient le mieux à une situation donnée ", précise le Président de la Centrale électorale en RD Congo.  Fort de son expertise en matière d’organisation des élections, Corneille Nangaa ajoute qu’ " aucun mode de scrutin ne peut convenir à toutes les sociétés, ni de manière permanente. Chaque pays conçoit son modèle en fonction de ses réalités, de sa culture et de ses besoins ". Et, lorsqu’il envisage la réforme électorale, le numéro 1 de la Ceni ne manque pas d’arguments.  Selon lui, l’ancien mode électoral confère au législateur plus d’influence sur les résultats des élections que l’électeur qui choisit son candidat." Les systèmes électoraux ont une influence primordiale sur les résultats des élections. La lucidité du législateur a bien plus de poids que le choix des électeurs. Toutes les expériences prouvent que l’identité des vainqueurs change d’un système à l’autre sans que le choix ou le vote des électeurs ne soient altérés ", souligne-t-il. http://www.forumdesas.org/spip.php?article13000

 

Les résultats des élections seront disponibles le jour du vote si on utilise la machine à voter, a dit Corneille Nangaa, ce mardi 5 septembre 2017 au cours d’une séance de simulation en présence des responsables des médias. « On pourra gagner en temps et cela réduirait les possibilités de tricherie, » a dit le président de la CENI. Il a expliqué également que ce projet était initié par l’Abbé Apollinaire Malumalu en 2013. « C’est un produit CENI. Il portera la marque CENI. Il a été conçu au Congo pour répondre aux problèmes congolais, » a ajouté Corneille Nangaa. Le président de la CENI a justifié l’utilisation de cette technologie par le souci de réduire le coût global des élections estimé à 1 332 621 679, 51 USD. https://actualite.cd/2017/09/05/corneille-nangaa-machine-a-voter-resultats-seront-disponibles-meme-jour/