Brèves Matinales

 

Ce document est un condensé de la presse nationale et internationale, il ne reflète en aucun cas le point de vue du Centre Carter. La sélection d’articles présentée n’a pas vocation à être exhaustive.

 

SOMMAIRE

 

Brèves Matinales de ce Mercredi 07 novembre 2018

  • Des techniciens de la SADC à Kinshasa pour accompagner la CENI dans le déploiement  des kits électoraux
  • Elections : le Pr Bokolombe demande le report des élections
  • FCC: la liste définitive de l'équipe de campagne du FCC toujours attendue
  • Réunion de l’Opposition : L’ombre de la Machine à voter plane sur Génève !
  • Un niveau inquiétant d'uranium contraint Glencore à suspendre les exportations de cobalt de Kamoto
  • L’épidémie d’Ebola atteint le seuil des 300 cas
  • Plaidoyer pour la suspension de la prison de Kabare (Sud-Kivu)
  • 7 morts dans les combats entre l’armée et une coalition Nyatura-FDLR à Masisi

 

1.      SITUATION POLITIQUE

 

·         Des techniciens de la SADC à Kinshasa pour accompagner la CENI dans le déploiement  des kits électoraux

La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a annoncé, lundi 5 novembre, l’arrivée des techniciens de la Communauté de développement d’Afrique Australe (SADC) pour l'appuyer dans le processus de déploiement des matériels électoraux. C’était à l’issue des échanges avec une délégation du conseil consultatif électoral de la SADC autour de l’avancement du processus électoral.

La CENI n'a cependant pas révélé le nombre des techniciens arrivés à Kinshasa. La SADC va envoyer également, début décembre, une équipe d’observateurs pour les élections du 23 décembre.

« Ils sont venus même avec les techniciens qui vont continuer le travail demain, et les jours à venir, avec nos techniciens pour examiner les voies et moyens de nous accompagner en terme de déploiement. De même, ils nous promettent fermement qu’ici le 12 décembre, une forte équipe d'observateurs et, au besoin, la demande exprimée seront avec nous pour l’acheminement dans toutes les provinces et, au besoin, ils vont examiner la possibilité de venir en assistance technique comme en 2006 et en 2011 », a déclaré le rapporteur de la CENI, Jean Pierre Kalamba, qui a présidé cette séance de travail.

Composée de 13 personnes dont les ambassadeurs de la Tanzanie et de la Zambie en RDC, 2 membres du secrétariat exécutif de la SADC et 3 membres du bureau de liaison de la SADC/RDC, cette délégation du conseil consultatif électoral a reçu de la part de la CENI, des explications sur la machine à voter avant de passer à tour de rôle à l’expérimentation de cet outil de vote qui sera utilisé pour les scrutins prochainshttps://actualite.cd/2018/11/06/rdc-des-techniciens-de-la-sadc-kinshasa-pour-accompagner-la-ceni-dans-le-deploiement-des

 

  • Cadre d’Ensemble, le Pr Bokolombe demande le report des élections

Au cours d’un entretien accordé à la radio Top Congo, le Pr Sam Bokolombe, cadre d’Ensemble, plateforme électorale dont Moïse Katumbi est autorité morale, demande le report des élections.

Selon lui, les conditions ne sont pas réunies pour permettre la tenue des élections au 23 décembre prochain. « Nous sommes contraints à des difficultés. Aujourd’hui, par exemple, les machines à voter ne sont pas toutes arrivées ici. Même si elles sont arrivées, il faut les programmer, il faut les transporter. Donc, ils savent que les conditions ne sont pas réunies. Ils ont la responsabilité de nous dire la vérité au lieu de nous placer devant un fait accompli le 23 décembre », a-t-il déclaré.

En revanche, il propose une rallonge de deux à trois mois, pour pallier aux défis liés au processus électoral. « Deux mois, trois mois, il n’y aura pas mort d’hommes », a dit le Pr Bokolombe avant de préciser que ce point de vue n’engage que lui. Pendant ce temps, les leaders de l’opposition, notamment Katumbi, Bemba, Tshisekedi, Kamerhe, qui ont réaffirmé leur volonté de ne pas boycotter les élections, se réunissent du 07 au 10 novembre, à Genève pour désigner leur candidat commun. https://cas-info.ca/2018/11/cadre-densemble-le-pr-bokolombe-demande-le-report-des-elections/

Selon ce député national, transfuge de l’Union pour la nation congolaise (UNC) de Vital Kamerhe et chargé aujourd’hui de la vulgarisation du programme de Moïse Katumbi, « il serait dès lors dans l’intérêt général et plus responsable d’agir en hommes d’État, c’est-à-dire se résoudre de postposer raisonnablement ces échéances cruciales pour l’alternance démocratique à une date qui en permette d’aérer et de détendre le schéma critique, au lieu d’y aller par audace, arrogance, gêne, couardise ou naïveté. » Assurant à Jeune Afrique qu’il ne s’agit là que d’une « libre opinion d’un citoyen congolais » et que cela n’engage que lui-même, Sam Bokolombe a résumé ce mardi sa pensée par un nouveau post partagé sur le même réseau social, prévenant cette fois-ci ses compatriotes d’un « fort potentiel de chaos indescriptible pour le pays » si les scrutins se tiennent « vaille que vaille » le 23 décembre 2018. https://www.jeuneafrique.com/658923/politique/presidentielle-en-rdc-un-lieutenant-de-moise-katumbi-se-dit-favorable-a-un-report/

·         FCC: la liste définitive de l'équipe de campagne du FCC toujours attendue

La liste définitive de l'équipe de campagne d'Emmanuel Ramazani Shadary n'a toujours pas été publiée. Une première liste de plus de 500 personnes devant travailler à la mobilisation en faveur du dauphin de Joseph Kabila avait été rendue publique samedi, les noms avaient été lus à la presse.

Mais très vite, près d'une dizaine de personnalités s'était dite surprise d'y figurer, affirmant n'avoir jamais été consultée par la plateforme électorale du Front commun pour le Congo (FCC). Le directeur de cabinet du président avait promis par voie de communiqué de publier lundi la liste, mettant en garde contre les listes circulant sur les réseaux sociaux. Mais depuis, toujours rien.

Dans les rangs du FCC, les personnalités qui se sont manifestées publiquement le week-end dernier ne sont pas les seules à se dire frustrées par l'annonce de l'équipe de campagne. « Nous non plus, on n'a pas été consulté », assure un chef de regroupement. Et surtout, on n'a pas eu les postes qui correspondent à notre poids politique », déplore-t-il.

Un autre cadre, membre du FCC, renchérit : « C'est comme pour le processus de désignation du dauphin, ils nous prennent pour des moutons ». Ce dernier estime que la composition de l'équipe de campagne est le fruit d'un « copinage ».

Côté PPRD, le parti présidentiel, on rappelle que ce sont les urnes qui vont départager le poids politique de chacun. Que le principe qui a prévalu dans l'élaboration de l'équipe de campagne, c'est l'inclusivité, avec pour objectif que tous les groupes sociaux et politiques du FCC soient représentés.

« Contrairement à ce qu'on vous dit, ce n'est pas un partage du gâteau », assure l'un des leaders du PPRD. Pour le ministre Jean-Lucien Bussa, qui est le rapporteur de la cellule stratégie au sein de l'équipe de campagne, l'important, ce n'est pas la liste, ni l'équipe, mais le programme. « Notre vision commune pour le développement », insiste-t-il. Ce programme devrait être révélé le 10 novembre. Mais là aussi, à quatre jours de la date officiellement annoncée, plusieurs cadres du FCC déplorent n'avoir aucune idée de son contenu. http://www.rfi.fr/afrique/20181107-rdc-emmanuel-ramazani-shadary-kabila-fcc

 

  • Réunion de l’Opposition : L’ombre de la Machine à voter plane sur Génève !

C’est aujourd’hui que commence à Genève, en Suisse, la réunion stratégique de haut niveau, mettant autour d’une même table les sept leaders de l’Opposition. Jean-Pierre Bemba Gombo, chairman du MLC, Moïse Katumbi Chapwe, leader d’« Ensemble pour le changement », Vital Kamerhe, Président de UNC, Martin Fayulu, d’ECIDE, Freddy Matungulu de « Congo na Biso » et Adolphe Muzito de « Nouvel Elan » et Félix-Antoine Tshisekedi de l’UDPS se sont tous donné rendez-vous en Europe, renseignent des sources concordantes à Bruxelles.

Ils sont sept, ces leaders qui avaient signé autrefois à Bruxelles un mémorandum d’entente où ils s’engageaient à désigner un candidat unique. Après cette réunion de Bruxelles, beaucoup d’eau a coulé sous le pont à l’Opposition signataire de ce Protocole.

DISCORDE
L’UDPS, par exemple, s’était brusquement désolidarisée de ses autres alliés en optant pour les élections avec la machine à voter. C’est le jour et la nuit par rapport à la « Déclaration de Bruxelles » où l’Opposition à l’unanimité a dit NON à la machine à voter. Ce qui fait en conséquence que l’UDPS n’a pas pris part à la marche de l’Opposition contre la machine à voter le 26 octobre dernier. 
Une discorde de fond que l’Opposition devrait lever, car ne concourant pas à la désignation d’un candidat unique, validé par tous. On voit bien que l’Opposition a pris la mesure de cet enjeu de taille pour laver le linge sale en famille. C’est ce qui est en train d’être fait à Genève pour la désignation du candidat unique, conformément au Mémorandum d’entente de Bruxelles. 
Reste à savoir si le vent automnal de Genève va balayer les divergences entre l’UDPS et ses autres partenaires. Le parti cher à Fatshi continuant à marteler qu’avec ou sans machine à voter, il irait aux élections. Une position à laquelle Moïse Katumbi et ses autres pairs de l’Opposition sont loin de souscrire.
 http://www.forumdesas.org/spip.php?article17636

ALORS QUE S’OUVRENT CE MERCREDI LES ASSISES EN VUE DE LA DISIGNATION DU CANDIDAT UNIQUE DE L’OPPOSITION L’ombre de la machine à voter plane sur Genève !

 

 

 

 

2.      DROITS DE L’HOMME

 

·         Un niveau inquiétant d'uranium contraint Glencore à suspendre les exportations de cobalt de Kamoto

Katanga Mining Limited, filiale de Glencore, le géant anglo-suisse de négoce, courtage et d’extraction de matières premières, a annoncé ce mardi 6 novembre 2018 que sa filiale Kamoto Copper Company SA ("KCC") a suspendu jusqu'à nouvel ordre l'exportation et la vente de cobalt de son projet Kamoto en République démocratique du Congo.

« La présence d'uranium a récemment été détectée dans l'hydroxyde de cobalt produit dans le projet Kamoto à des niveaux dépassant la limite acceptable autorisée pour l'exportation du produit par le biais des principaux ports africains. À ce jour, la production totale de cobalt touchée par la suspension de la vente s’élève à 1472 tonnes de cobalt fini. Les faibles niveaux de radioactivité détectés dans l'uranium à ce jour ne présentent aucun risque pour la santé et la sécurité », dit l’entreprise dans un communiqué.https://actualite.cd/2018/11/06/rdc-un-niveau-inquietant-duranium-contraint-glencore-suspendre-les-exportations-de

Katanga Mining Limited, filiale de Glencore, le géant anglo-suisse de négoce, courtage et d’extraction de matières premières, a annoncé ce mardi 6 novembre 2018 que sa filiale Kamoto Copper Company SA ("KCC") a suspendu jusqu'à nouvel ordre l'exportation et la vente de cobalt de son projet Kamoto en République démocratique du Congo.

 

 

·         Plaidoyer pour la suspension de la prison de Kabare (Sud-Kivu)

L’ONG de défense des droits de l'homme “Initiative congolaise pour la justice et la paix” (ICJP) invite les autorités à suspendre provisoirement la prison centrale de Kabare, où des cas de décès à répétition des détenus sont enregistrés notamment à cause de manque de nourriture.

Au moins 13 pensionnaires sont morts, depuis le début de l’année en cours, dans cet établissement pénitentiaire. "L'ICJP appelle à la suspension provisoire de la prison de Kabare et transférer les détenus dans les prisons du Sud-Kivu, conformes aux standards internationaux relatifs aux droits des détenus", a fait savoir Raphaël Wakenge, coordonnateur de l'ICJP, dans une déclaration ce mardi à Bukavu.

Au cours de mois d’octobre, 4 détenus ont perdu la vie à cause de la faim et des conditions inhumaines dans la prison de Kabare. "Pour le respect de la légalité, l'ICJP vous prie de prendre les mesures nécessaires pour l'alimentation et la santé des victimes encore en vie et l'indemnisation des familles des victimes décédées", ajoute le responsable de l'ICJP. https://actualite.cd/2018/11/06/rdc-plaidoyer-pour-la-suspension-de-la-prison-de-kabare-sud-kivu

L’ONG de défense des droits de l'homme “Initiative congolaise pour la justice et la paix” (ICJP) invite les autorités à suspendre provisoirement la prison centrale de Kabare, où des cas de décès à répétition des détenus sont enregistrés notamment à cause de manque de nourriture.

 

 

 

 

3.      SECURITE

 

  • L’épidémie d’Ebola atteint le seuil des 300 cas

La maladie à virus Ebola a atteint le seuil des 300 cas dans les deux provinces de Kivu et en Ituri. Selon le ministère de la santé, sur les 300 cas de fièvre hémorragique enregistrés dans la région, 265 ont été confirmés et 35 sont probables. Sur les 265 cas d’Ebola confirmés, 151 personnes sont décédées. En revanche, 88 malades ont été déclarés guéris de cette maladie.

Par ailleurs, l’équipe en charge de la riposte dans la région souligne que les autres malades sont hospitalisés dans les différents centres de traitement d’Ebola et 41 cas sont en cours d’investigation Quant à la vaccination, au total, 26.463 personnes ont été vaccinées depuis le début de l’opération au mois d’août dernier. https://cas-info.ca/2018/11/lepidemie-debola-atteint-le-seuil-des-300-cas/

Par CAS-INFO La maladie à virus Ebola a atteint le seuil des 300 cas dans les deux provinces de Kivu et en Ituri. Selon le ministère de la santé, sur les 300 cas de fièvre hémorragique enregistrés dans la région, 265 ont été confirmés et 35 so ...

 

 

·         7 morts dans les combats entre l’armée et une coalition Nyatura-FDLR à Masisi

Au moins six miliciens et un soldat ont été tués lundi dans les affrontements entre l'armée et les Nyatura coalisés aux rebelles rwandais FDLR, dans la chefferie de Bashali, en territoire de Masisi (Nord-Kivu).

Les combats se sont déroulés notamment dans les localités de Bukombo et Kashugu.

"Il s'agit des Nyatura Domi qui se coalisent aux FDLR. Actuellement les opérations se déroulent dans le Bukombo, Kashugu, Mashamba et dans les alentours. D'une manière très provisoire, six assaillants ont été neutralisés du côté ennemi et du côté ami nous déplorons un de nos éléments qui a succombé de ses blessures. La situation est totalement sous contrôle des forces armées de la République Démocratique du Congo. A l'heure qu'il est, fouilles et poursuites continuent sur le terrain", a affirmé à ACTUALITE.CD, le Major Guillaume Ndjike Kaiko, porte-parole militaire.

Les Nyatura ainsi que d'autres groupes armés sont accusés par l'ONU d'avoir commis 63% de violations des droits de l'homme en septembre dernier dans les territoires de Masisi, Rutshuru et Beni.

"Les combattants Maï-Maï Nyatura sont responsables de 44 atteintes ce mois-ci (septembre), ce qui illustre une augmentation constante, par rapport aux 21 du mois dernier et aux 13 du mois de juillet. Ces atteintes ont toutes été documentées dans les territoires de Rutshuru (22 atteintes) et de Masisi (22 atteintes) et comprennent notamment 17 atteintes au droit à la propriété, 11 atteintes au droit à la liberté et sécurité de la personne, neuf atteintes au droit à la vie et sept atteintes au droit à l’intégrité physique. La multiplication des différentes factions Nyatura a continué d’être observée, avec des atteintes commises par des Nyatura de Mangara, de Dominique, de Birahindutse, de Garuza, de Barcelone, de Turarambiwe, de Ndai, de Delta et de Ndai et Kavumbi documentées ce mois-ci", souligne le Bureau conjoint des Nations-Unies aux droits de l'homme (BCNUDH).https://actualite.cd/2018/11/06/rdc-7-morts-dans-les-combats-entre-larmee-et-une-coalition-nyatura-fdlr-masisi

Au moins six miliciens et un soldat ont été tués lundi dans les affrontements entre l'armée et les Nyatura coalisés aux rebelles rwandais FDLR, dans la chefferie de Bashali, en territoire de Masisi (Nord-Kivu).