* Cette section est un condensé de la presse nationale et internationale, elle ne reflète en aucun cas le point de vue du Centre Carter. La sélection d’articles présentée n’a pas vocation à être exhaustive.

Le BCNUDH a documenté 620 violations des droits de l’homme au mois d’août

 

 

·         Le BCNUDH a documenté 620 violations des droits de l’homme au mois d’août

Le Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme (BCNUDH) a documenté 620 violations des droits de l’homme sur toute l’étendue de la RDC. A quelque trois mois des élections du 23 décembre 2018, le pays a connu une augmentation importante de violations des droits de l’homme. Ces tendances ont été fournies mercredi 19 septembre à Kinshasa lors de la conférence hebdomadaire des Nations Unies par Abdoul Aziz Thioye, directeur du Bureau conjoint des Nations unies et représentant du Haut-commissaire des droits de l’homme en RDC.

Selon le BCNUDH, le nombre d’agents de l’Etat, les FARDC et la police nationale, responsables des violations des droits de l’homme a quasiment doublé pendant le mois d’août dernier, dépassant ainsi celui des groupes armés, auteurs des atteintes aux droits de l’homme au cours de la même période.

« Ce qu’il faut retenir pour ce mois d’août 2018, c’est l’augmentation générale du nombre de violations des droits de l’homme. Le Bureau conjoint a documenté 620 violations des droits de l’homme sur l’ensemble du territoire, soit une hausse par rapport à juillet 2018, ou nous avons enregistre 515 violations des droits de l’homme. Le nombre de violations commises par les agents de l’Etat en août 2018 a presque doublé par rapport à juillet et ils sont responsables de près de 66% des violations documentées à travers le pays. Une baisse du nombre de cas d’atteintes attribuables aux groupes armés, responsables des 34% restants, a été documentée », a détaillé Abdoul Aziz Thioye.

Toujours selon ce rapport, le Bureau conjoint a apporté son appui aux juridictions civiles et militaires en août dans le cadre de la lutte contre l’impunité.

Ainsi, au moins 29 militaires et 13 policiers ont été condamnés pour des faits constitutifs des violations des droits de l’homme.

En août 2018, le BCNUDH a organisé ou pris part à au moins 56 activités de renforcement des capacités des organisations de la société civile et des acteurs étatiques et non-étatiques sur les droits de l’homme, parfois conjointement avec d’autres sections de la MONUSCO et des partenaires externes. 

https://www.radiookapi.net/2018/09/20/actualite/societe/rdc-le-bcnudh-documente-620-violations-des-droits-de-lhomme-au-mois

Read More

Procès meurtre experts UN : le tribunal autorise l’analyse ADN des objets saisis auprès des prévenus

·         Procès meurtre experts UN : le tribunal autorise l’analyse ADN des objets saisis auprès des prévenus

Le tribunal militaire garnison de Kananga autorise l’analyse en laboratoire des objets saisis auprès de certains prévenus poursuivis pour le meurtre des experts de l’ONU au Kasaï. Il estime que cette analyse permettrait de l’éclairer sur l’utilisation de ces objets dans la commission des crimes dont ces personnes sont accusées.

Au cours de l’audience du 17 septembre dernier, le ministère public avait sollicité l’analyse par le FBI de certains objets comme un fusil de chasse de fabrication locale découvert dans la case de Gerard Kabongo, le frère du chef Bula Bula, cité au cours du procès comme l’un des leaders de la milice à Moyo Musuila.

Parmi ces objets, il y a également une soutane rouge, un drap rouge et des bandelettes en tissus rouge trouvés sur le prévenu Tshiaba Kabeya. Sur la liste figure aussi un pistolet de fabrication locale et une douille rechargée contenant 23 billes métalliques.

Le ministère public avait estimé que ces objets qui n’ont pas été soumis au test ADN pourrait permettre d’établir la preuve de la présence de certains acteurs sur les lieux du crime. Dans sa requête, l’accusation avait également soutenu que les laboratoires de la police technique et scientifique de la police congolaise n’étaient pas outillés pour le prélèvement et l’analyse des échantillons de sang et d’ADN. D’où le recours au FBI. https://www.radiookapi.net/2018/09/21/actualite/justice/proces-meurtre-experts-un-le-tribunal-autorise-lanalyse-adn-des-objets

Le tribunal militaire garnison de Kananga autorise l’analyse en laboratoire des objets saisis auprès de certains prévenus poursuivis pour le meurtre des experts de l’ONU au Kasaï.

 

Le laboratoire scientifique et technique de la police nationale congolaise devra procéder à l'expertise des objets saisis entre les mains des miliciens Kamwina Nsapu. C'est le tribunal militaire de Kananga qui en a décidé ainsi,  écartant par ce fait la proposition du ministère public qui avait souhaité que ce travail soit exécuté par le FBI, la police fédérale américaine d'investigation.

Lors de la précédente audience, le ministère public, dans sa requête, avait jugé la police nationale congolaise moins outillée, autrement dit non performante pour ce genre de travail. Parmi les objets à soumettre à l'expertise, on peut noter un fusil de chasse calibre 12 et un pistolet (tous de fabrication artisanale), une douille, des vêtements, un drap de lit et des bandelettes rouges, des effets saisis sur des miliciens ou à leurs résidences.

Au cours de l'audience de ce jeudi 20 septembre, le renseignant Tshibwabwa, en détention préventive, a déclaré avoir reçu pour des soins l’un des accompagnateurs des experts assassinés, le conducteur de moto blessé avait ensuite été récupéré par les miliciens Kamwina Nsapu, a dit l'infirmier Tshibwabwa. http://www.rfi.fr/afrique/20180921-rebondissements-proces-experts-onu-tues-rdc

En RDC, le procès de Kananga des prévenus inculpés dans l'assassinat des deux experts de l'ONU Michael Sharp et Zaida Catalan et de leurs
Read More

Opposition - Meeting du 29 septembre prochain : l’opposition demande à Kimbuta d’assurer la sécurité

 

·         Opposition - Meeting du 29 septembre prochain : l’opposition demande à Kimbuta d’assurer la sécurité

L’Union pour la Nation Congolaise (UNC), le Mouvement de Libération  du Congo (MLC), le Parti Congo na Biso, l’éCIDE, l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), ont saisi, ce jeudi, le Gouverneur de la ville province de Kinshasa, André Kimbuta, pour informer de la tenue d’un meeting le 29 septembre prochain.

Dans une correspondance conjointe, ces partis de l’opposition signalent que cet événement aura lieu de 10 heures à 15 heures, sur l’esplanade du boulevard Triomphal, situé dans la commune de Kasa-vubu. Par ailleurs, ils demandent à l’autorité urbaine d’ « assurer la sécurité des personnes et de leurs biens tout au long de cette manifestation, tel que prévu par la loi ». Ce meeting s’inscrit dans le cadre d’une série de manifestations prévues par l’opposition en vue de réclamer la tenue des élections crédibles, transparentes, et inclusives. 

 

https://cas-info.ca/2018/09/meeting-du-29-septembre-lopposition-saisit-andre-kimbuta/

Read More

21 candidats présidents et 15.355 députés nationaux sur les listes définitives de la CENI

 

·        21 candidats présidents et 15.355 députés nationaux sur les listes définitives de la CENI


La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a rendu publiques, ce mercredi 19 septembre, les listes définitives des candidats présidents de la République et députés nationaux après le traitement des contentieux par la Cour constitutionnelle. Au total 21 candidats sont retenus définitivement pour la présidentielle et 15.355 pour les législatives nationales.

Marie José Ifoku Mputa Mpunga et Samy Badibanga Ntita, deux candidats rejetés par la CENI mais repêchés par la Cour Constitutionnelle, se sont ajoutés sur les 19 candidats de la liste provisoire. Sans surprise, Jean-Pierre Bemba Gombo, Adolphe Muzito Fumutshi, Antoine Gizenga Fundji, Jean Paul Moka Ngolo Mpati sont définitivement écartés pour la course à la magistrature suprême.

Les réhabilités de la haute cour notamment Jean Claude Baende, Alex Kande, Lambert Matuku Memas, Henriette Wamu, José Endundo Bononge font partie de la liste définitive des candidats députés nationaux.

Ci-dessous la liste définitive des candidats à la présidentielle : 

- Seth Kikuni

- Kazadi Lukonda Ngube-Ngube

- Ngoy Ilunga Wa Senga Théodore

- Mba Maluta Joseph

- Tshiani Kabamba Mwadiamvita Noël

- Mabaya Gizi Amine

- Kin-Kiey Mulumba

- Matungulu Mbuyamu Ilnakir Freddy

- Tshisekedi Tshilombo Felix

- Shekomba Okende Alain Daniel

- Radjabho Tebabho Soborabo

- Kamerhe Lwa Kanyiginyi Nkingi Vital

- Fayulu Madidi Martin

- Mpunga Mbomba Yves

- Mokia Mandembo Gabriel

- Masheke Ngerakueyi Syvain Maurice

- Ramazani Shadary Emmanuel

- Luntadila Diavena Charles

- Mvemba Francis

- Samy Badibanga

- Marie José Ifoku.

Les élections combinées présidentielle, législatives nationales et provinciales auront lieu le 23 décembre 2018.

https://actualite.cd/2018/09/19/rdc-elections-21-candidats-presidents-et-15355-deputes-nationaux-sur-les-listes

La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a rendu publiques, ce mercredi 19 septembre, les listes définitives des candidats présidents de la République et députés nationaux après le traitement des contentieux par la Cour constitutionnelle. Au total 21 candidats sont retenus définitivement pour la présidentielle et 15.355 pour les législatives nationales.
 
Read More

Répression au Kasaï (RDC): un rapport d'ONG pointe la responsabilité de l'armée

 

 

·        Répression au Kasaï (RDC): un rapport d'ONG pointe la responsabilité de l'armée

L’armée congolaise est accusée d’être responsable du massacre de plus de 260 personnes dans la commune de Nganza, dans la ville de Kananga, au Kasaï central, lors de la répression de la milice Kamuena Nsapu en mars 2017. C’est ce qui ressort d’un rapport du Conseil régional des ONG du Grand Kasaï, CR-ONG, rendu public samedi 15 septembre 2018.

Joint par RFI, Albert Kyungu, secrétaire général de CR-ONG, appelle à ce que justice soit rendue après la publication de ce rapport : « Même les paysans et les villageois avec lesquels nous avons enquêté disent que parmi les gens qui avaient conduit à cette tuerie à Nganza, il y avait effectivement des personnes en uniforme, et nous avons vu des gens surgir de certains coins de cette commune, du côté du cimetière notamment. »

« Ces gens, ajoute-t-il, ont fait irruption pendant la nuit dans beaucoup de maisons, beaucoup d’avenues, et on a déploré ce qu’on a déploré, on a décidé de dénombrer ce qu’on a dénombré... Ce qui s’est passé ne doit pas tomber dans le camp de l’impunité, nous voulons que cette communauté quand même voit la justice et qu’elle voit la réparation de tous les dommages subis. »

Le rapport est jugé fantaisiste par les Forces armées de la République démocratique du Congo, que RFI a pu joindre également. Le massacre de 264 personnes n’aurait pas pu rester sous silence une année et demi, explique Olivier Hamuli, porte-parole adjoint des FARDC. Le gouvernement, de son côté, demande que le rapport soit mis à la disposition de la justice militaire.

« De tels crimes sont imprescriptibles, martèle Lambert Mende, porte-parole du gouvernement congolais joint par RFI également. Même si ça arrive après un an, ça nous intéresse, il faut qu’ils mettent (leurs éléments) à la disposition du parquet militaire pour que justice soit faite, et ne pas en faire simplement un instrument de chantage politique. »

« La Haute Cour de Kananga, qui a siégé, a puni des militaires qui se sont rendus coupables de telles atrocités tout comme certains terroristes qui ont été arrêtés, rappelle M. Mendé. On ne voit pas pourquoi est-ce qu’on punirait ceux-là et on ne punirait pas ceux qui auraient, je dis bien "auraient", été coupables de ces atrocités que les ONG dont vous parlez ont identifiées à Nganza. »

http://www.rfi.fr/afrique/20180919-repression-kasai-rapport-ong-pointe-responsabilite-armee-nganza-kananga

Read More

Les mouvements citoyens prévoient un sit-in ce mercredi 19 sept. devant l'Hôtel du gouvernement à Kinshasa

·        Les mouvements citoyens prévoient un sit-in ce mercredi devant l'Hôtel du gouvernement à Kinshasa

Le Collectif d’actions de la société civile (CASC) annonce une manifestation, mercredi 19 et jeudi 20 septembre, devant l’Hôtel du gouvernement à Kinshasa afin d’exiger “l’amélioration de la situation sociopolitique” que traverse la RDC.

« Le sit-in devant l’Hôtel du gouvernement sera accompagné du dépôt d’un mémorandum au gouvernement contenant les préoccupations sur la situation sociopolitique du pays », dit le regroupement des mouvements citoyens dans une correspondance adressée  au gouverneur de la ville de Kinshasa.

Le mouvement citoyen Lutte pour le changement (LUCHA) avait projeté également une manifestation pour le jeudi 20 septembre pour dénoncer ce qu’il qualifie de «parodie d’élections » à mi-parcours du processus. Une manifestation qui interviendrait, près de deux semaines après la dernière qui a été réprimée dans plusieurs provinces par la police.

https://actualite.cd/2018/09/18/rdc-les-mouvements-citoyens-prevoient-un-sit-ce-mercredi-devant-lhotel-du-gouvernement

actualite.cd
Le Collectif d’actions de la société civile (CASC) annonce une manifestation, mercredi 19 et jeudi 20 septembre, devant l’Hôtel du gouvernement à Kinshasa afin d’exiger “l’amélioration de la situation sociopolitique” que traverse la RDC. « Le sit-in devant l’Hôtel du gouvernement sera accompagné du dépôt d’un mémorandum au gouvernement contenant les préoccupations sur la situation sociopolitique du pays », dit le regroupement des mouvements citoyens dans une correspondance adressée  au gouverneur de la ville de Kinshasa.
Read More

Election en RDC : la CENI réceptionne un premier lot d’isoloirs et des urnes

 

·         Election en RDC : la CENI réceptionne un premier lot d’isoloirs et des urnes

La CENI a réceptionné ce mardi 18 septembre à Kinshasa le premier lot d’isoloirs en provenance de la Chine. Ces isoloirs  sont censés assurer le secret de vote.

« Officiellement nous sommes venus réceptionner plus de 10 containers de l’un des matériels de la quincaillerie électorale à savoir les isoloirs, parce qu’on a tant parlé des isoloirs pour le secret de vote, de telle manière que nous sommes en train d’attendre plus de 320 containers qui vont renfermer les isoloirs, des urnes, l’encre indélébile et toute la bureautique qui entoure la procédure des élections », a détaillé Jean-Pierre Kalamba, rapporteur de la CENI.

D’autres lots composés essentiellement des machines  à voter sont attendus dans les prochains jours, en vue d’intensifier la sensibilisation des électeurs. Selon M. Kalamba, la CENI devra recevoir plus de 80 000 machines à voter et autant d’isoloirs et autres matériels électoraux.

« Plus ou moins 106 000 machines à voter sont attendues dans les différents ports, à Matadi, à Dar-es-Salam et à Mombasa selon les axes. Nous avons découpé le pays en trois zones : zone ouest, zone sud-est, centre, Est-nord, de telle sorte que nous puissions avoir le nécessaire avant le 23 décembre. Etant donné que nous avons plus de 80 mille bureaux de vote, vous comprenez que nous devons avoir plus de 80 000 isoloirs, plus de 80 000 urnes, plus de 80 000 machines à voter, bureautique, parce que chaque bureau doit être doté du même matériel de vote », détaille Jean-Pierre Kalamba.

 

https://www.radiookapi.net/2018/09/18/actualite/politique/election-en-rdc-la-ceni-receptionne-un-premier-lot-disoloirs-et-des

Read More

Actu - Présidentielle : La CENI devrait confirmer ce mercredi 21 candidatures

 

·        Actu - Présidentielle : La CENI devrait confirmer ce mercredi 21 candidatures

La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) publie ce mercredi 19 septembre 2018, la liste définitive des candidats à l’élection présidentielle prévue le 23 décembre prochain. Sauf surprise, 21 candidatures devraient être confirmées.

Ceci intervient après les contentieux des candidatures à la Cour constitutionnelle qui a permis le repêchage de deux (sur six) candidats provisoirement recalés par la CENI à savoir Samy Badibanga et Marie-José Ifoku.

  • Kazadi Lukonda Ngube-Ngube,
  • Ngoy Ilunga Wa Senga Théodore
  • Mba Maluta Joseph
  • Tshiani Kabamba Mwadiamvita Noël
  • Mabaya Gizi Amine
  • Kin-Kiey Mulumba
  • Matungulu Mbuyamu Ilnakir Freddy
  • Tshisekedi Tshilombo Felix
  • Shekomba Okende Alain Daniel
  • Radjabho Tebabho Soborabo
  • Kamerhe Lwa Kanyiginyi Nkingi Vital
  • Fayulu Madidi Martin
  • Mpunga Mbomba Yves
  • Mokia Mandembo Gabriel
  • Masheke Ngerakueyi Syvain Maurice
  • Ramazani Shadary Emmanuel
  • Luntadila Diavena Charles
  • Mvemba Francis
  • Samy Badibanga
  • Marie José Ifoku
  • Seth Kikuni

Dès publication de la liste définitive, la CENI doit mettre à la disposition de chaque candidat 25 policiers. Ils seront à la charge du trésor public, d'après la loi électorale et Ils seront à leur disposition jusqu'à l'investiture du président élu. La centrale électorale publiera aussi la liste définitive des candidats députés nationaux.

https://actualite.cd/2018/09/19/rdc-presidentielle-la-ceni-devrait-confirmer-ce-mercredi-21-candidatures

actualite.cd
La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) publie ce mercredi 19 septembre 2018, la liste définitive des candidats à l’élection présidentielle prévue le 23 décembre prochain. Sauf surprise, 21 candidatures devraient être confirmées. Ceci intervient après les contentieux des candidatures à la Cour constitutionnelle qui a permis le repêchage de deux (sur six) candidats provisoirement recalés par la CENI à savoir Samy Badibanga et Marie-José Ifoku.
 
Read More

L'opposition congolaise réunie en Afrique du Sud autour de l'ANC

 

  • L'opposition congolaise réunie en Afrique du Sud autour de l'ANC

Après Bruxelles, l'opposition congolaise s'était donné rendez-vous à Johannesburg mardi 18 septembre. Seul Moïse Katumbi a pu faire le déplacement, les autres leaders étant représentés par de hauts cadres des différents partis.

Le Congrès national africain (ANC) recevait pour la première fois l'opposition congolaise dans son siège à Johannesburg. Les opposants congolais ont pu rencontrer des responsables du parti au pouvoir en Afrique du Sud pour discuter de la situation en RDC et des élections à venir. Une rencontre à l’initiative des dirigeants congolais pour qui il s’agissait de solliciter l’expérience d’un des plus vieux partis de libération du continent.

Depuis l'arrivée de Cyril Ramaphosa au pouvoir cette année, le parti voit d'un nouvel œil la crise congolaise. « Il était connu que l’ANC avait des relations un peu privilégiées avec le parti au pouvoir à Kinshasa, le PPRD, souligne David Julinot Makelele, le représentant de l'UNC en l'absence de Vital Kamerhe. Mais tel n’est plus le cas puisque l’ANC se fonde sur des textes qui nous régissent tous, en l’occurrence le protocole de la SADC. »

Le protocole de la SADC auquel le gouvernement de Joseph Kabila a souscrit. Un moyen de pression, selon Gilbert Kankonde représentant de l'UDPS. « Cela permet justement aux pays de la SADC et à l’Afrique du Sud notamment de jouer un rôle plus actif parce qu’il y a des mécanismes juridiques auxquels notre pays a librement adhéré et qu’il doit absolument respectés », explique-t-il.

L'ANC de son côté a répété son souhait de voir des élections libres, justes et pacifiques se dérouler en décembre.

« Ils ont des clés d’action qu’ils peuvent actionner : ils peuvent demander au gouvernement de s’engager dans certaines directions d’action pour que la situation se décante en RDC et c’est cela que nous avons demandé précisément », précise Gilbert Kankonde.

Avec l'ANC comme facilitateur, l’opposition cherche à maintenir sa pression sur le gouvernement de Joseph Kabila.

L’Afrique du Sud de retour sur le devant de la scène diplomatique ?

Et pour l’Afrique du Sud, il s’agit d’un virage. Depuis son arrivée à la tête de l’ANC et du pays, Cyril Ramaphosa affiche en effet sa volonté de se démarquer de son prédécesseur.

Alors que l’ex-président Jacob Zuma était perçu comme soutenant coûte que coûte le président Joseph Kabila, allant jusqu’à fermer les yeux sur les multiples reports du calendrier électoral, Ramaphosa, lui, a pris une position plus ferme. Il s'est rendu à Kinshasa le mois dernier pour encourager son homologue congolais à ne pas briguer un troisième mandat.

A travers l’ANC, le président Ramaphosa souhaite remettre l’Afrique du Sud sur le devant de la scène. Alors que pendant près de dix ans elle a été absente de la résolution des conflits sur le continent, Pretoria s’est dite prête à s’engager pour que le processus électoral aboutisse en République démocratique du Congo.

Ecoutez l'analyse de Stéphanie Wolters, chercheuse à l'Institut pour les études de sécurité de Pretoria.

Je crois que Ramaphosa a compris que sur le plan des Affaires étrangères, l'Afrique du Sud a perdu énormément son statut depuis dix ans.

Stéphanie Wolters, chercheuse à l'Institut pour les études de sécurité de Pretoria http://www.rfi.fr/afrique/20180919-opposition-congolaise-reunie-afrique-sud-anc

www.rfi.fr
Après Bruxelles, l'opposition congolaise s'était donné rendez-vous à Johannesburg mardi 18 septembre. Seul Moïse Katumbi a pu faire le
Read More

" Sans la machine à voter, pas d’élection en décembre " dit Basengezi

 

 

·        Sans la machine à voter, pas d’élection en décembre, dit Basengezi

Le vice-président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) Norbert Basengezi martèle que sans l’usage de la machine à voter, la centrale électorale ne peut tenir l’échéance du 23 décembre 2018.

 

Devant la presse ce lundi, le vice président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), a déclaré que toutes les machines à voter sont déjà produites. Selon lui, 95.000 machines ont déjà subi le contrôle de qualité par les experts de la CENI.

Norbert Basengezi a également ajouté que depuis avril 2018, 1200 machines à voter sont déjà déployées dans tous les 145 territoires, 734 chefferies pour la sensibilisation. Au total, 106.000 machines à voter sont prévues par la Ceni pour les élections, en raison d’une machine par bureau de vote. La Ceni dit prévoir aussi 24.000 machines de réserve pour face à des pannes éventuelles. 

https://www.africa243.com/rdc-sans-la-machine-a-voter-la-ceni-ne-peut-tenir-lecheance-du-23-decembre-basengezi/

 

Read More