Avec l'appui du Centre Carter, les interventions de la Maison des Droits de l'Homme en République Démocratique du Congo (RDC) sont fondées sur cinq piliers : 
  1. Coordination des actions et leadership
  2. Renforcement des capacités : la formation pour l'action et encadrement
    1. Compétences en matière de droits de l'Homme : connaissances
    2. Compétences en matière de droits de l’Homme : suivi
    3. Compétences en matière de droits de l'Homme : rapports
    4. Compétences en matière de droits de l'Homme : plaidoyer circonstancié
  3. Développement des capacités organisationnelles
  4. Ressources
  5. Protection des défenseurs des droits de l'Homme

1. Coordination des actions et leadership

La coordination de l'action de la société civile et le leadership forment le socle du mouvement de défense des droits de l'Homme. 

La Maison des Droits de l'Homme dispose de trois plateformes principales de coordination respectivement centrées sur les défenseurs des droits de l'Homme, les droits de l'enfant et les droits de la femme. La Maison des Droits de l'Homme intervient dans le cadre de chacun de ces groupes thématiques pour améliorer les capacités en matière de coordination et de leadership et pour renforcer les compétences techniques de ce groupes afin de les aider à faire le suivi de la situation des droits de l'Homme et du plaidoyer pour son amélioration. 

2. Renforcement des capacités : formation pour l'action et encadrement

La Maison des Droits de l'Homme emploie une méthodologie unique de renforcement des capacités, fondée sur une démarche de formation pour l'action élaborée par le Centre Carter qui lie l'apprentissage et la formation à des projets et des activités réelles.

Cette démarche aide les participants à atteindre des objectifs et à obtenir des résultats en combinant le travail en groupe à l'encadrement et l'accompagnement individuel. Elle vise à modifier le comportement, les attitudes et les structures organisationnelles. Les participants sont des acteurs dynamiques et des ressources essentielles dans leur propre processus d'apprentissage et de perfectionnement.

La Maison des Droits de l'Homme travaille en partenariat étroit avec une sélection d'organisations non gouvernementales congolaises de défense des droits de l'Homme. La Maison des Droits de l'Homme a une équipe de formateurs qui peuvent élaborer et animer des programmes de formation en suivant la méthodologie de la formation pour l'action. Sur la base des besoins identifiés par les partenaires de la Maison des Droits de l'Homme, le travail de cette équipe consiste principalement à dispenser des formations sur la collecte des données, la rédaction de rapports, sur le plaidoyer circonstancié, ainsi que le renforcement des capacités organisationnelles et la gestion de projets. 

La méthodologie de formation est employée dans l'ensemble des programmes du Centre Carter en RDC, permettant ainsi à nos partenaires d'avoir un impact plus grand par le biais de leur programmation, leurs activités et leur travail de plaidoyer.

  • Compétences en matière de droits de l'Homme : connaissances

Une solide maitrise du droit relatif aux droits de l'Homme aide la société civile à exiger des Etats qu’ils remplissent leurs obligations internationales, régionales et nationales en matière de protection des droits de leurs citoyens et des personnes présentes sur leurs territoires respectifs. 

La Maison des Droits de l'Homme propose à ses partenaires des formations et des informations portant sur les thèmes, instruments et mécanismes relatifs aux droits de l'Homme. Le site internet de la Maison des Droits de l'Homme est un outil additionnel d'appui que les acteurs de la société civile peuvent utiliser pour mieux comprendre les droits de l'Homme.

  • Compétences en matière de droits de l'Homme : suivi

Une des fonctions principales de la société civile consiste à effectuer un suivi attentif des activités de l’Etat, afin de s’assurer que celui-ci remplit ses obligations juridiques et morales envers les individus résidant sur son territoire. Pour effectuer un suivi efficace de la situation des droits de l'Homme, il est essentiel que les acteurs de la société civile recueillent avec exactitude et objectivité les données relatives aux problématiques des droits de l'Homme. 

À cet effet, les partenaires de la Maison des Droits de l'Homme recueillent périodiquement des données sur certaines problématiques relatives aux droits de l'Homme et se renseignent sur des menaces faites à l’encontre des défenseurs des droits de l'Homme. La Maison des Droits de l'Homme a pour ambition de devenir un centre d'information autonome sur l'exercice des droits de l'Homme en RDC. Ces informations permettront aux partenaires de la Maison des Droits de l'Homme de communiquer leurs rapports aux organes internationaux et régionaux de défense des droits de l'Homme et de mener un plaidoyer ciblé et circonstancié. 

  • Compétences en matière de droits de l'Homme : rapports

Les rapports préparés de manière professionnelle permettent à la société civile de faire appel aux instances internationales et régionales de défense des droits de l'Homme pour rappeler à l’Etat son obligation de remplir ses obligations juridiques. Ils constituent aussi des vecteurs que les acteurs de la société civile emploient pour communiquer, de façon efficace et crédible, les résultats de leurs recherches aux intervenants nationaux, notamment aux pouvoirs publics.

La Maison des Droits de l'Homme dispense à ses partenaires des formations pour l'action portant sur la rédaction de rapports et aide les groupes thématiques à rédiger les rapports fondés sur leur suivi permanent de la situation des droits de l'Homme. La Maison des Droits de l'Homme fournit à ses partenaires un appui et un accompagnement étroits pendant tout le processus de préparation des rapports. La Maison des Droits de l'Homme et ses partenaires ont ainsi soumis aux organes conventionnels internationaux et au Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU plusieurs rapports soulignant leurs préoccupations relatives à la situation des droits de l'Homme en RDC et suggérant des améliorations.

  • Compétences en matière de droits de l'Homme : plaidoyer circonstancié

Le plaidoyer circonstancié permet à la société civile d’engager un dialogue constructif avec l’Etat et les autres acteurs pertinents à propos des violations graves des droits de l'Homme et des moyens d’y remédier. Pour que la société civile puisse jouer pleinement son rôle dans l'exercice des droits de l'Homme, il est essentiel que son plaidoyer soit coordonné, et repose à la fois sur une recherche continue fiable et une stratégie à long terme.

Sur la base de leur suivi permanent et de leurs recherches, les groupes thématiques de la Maison des Droits de l'Homme continuent à prôner l'application complète des lois relatives aux droits de l'Homme en RDC. La Maison des droits de l'Homme dispense à ces groupes thématiques des formations pour l'action pour les aider à élaborer et mettre en oeuvre leur campagne de plaidoyer. La Maison des Droits de l'Homme a pour ambition que ses partenaires jouent un rôle clef dans la discussion nationale relative aux droits de l'Homme. 

La Maison des Droits de l'Homme constitue un espace sûr où les partenaires peuvent rencontrer les principales parties prenantes, notamment les interlocuteurs gouvernementaux, pour discuter des problématiques importantes et contentieuses relatives aux droits de l'Homme. Cette démarche s’inspire de la façon dont le Centre Carter tient un dialogue constructif avec des responsables publics pour promouvoir des réformes. 

3. Développement des capacités organisationnelles

Les organisations de la société civile qui travaillent dans le domaine des droits de l'Homme doivent agir dans la transparence, gérer leurs projets, être financièrement responsables et avoir une bonne gestion organisationnelle pour maximiser leur efficacité, asseoir leur crédibilité et solliciter des financements avec succès.

À cet effet, la Maison des Droits de l'Homme dispense à ses partenaires des formations visant à renforcer les capacités organisationnelles. En outre, elle encadre et appuie une sélection de partenaires en les aidant à soumettre leurs demandes de financement, en les accompagnant dans la mise en œuvre et le suivi de leurs projets ainsi que dans leur gestion financière.

4. Ressources

La Maison des Droits de l'Homme propose aux associations de défense des droits de l'Homme une variété de ressources relatives aux droits de l'Homme. Elle contient un laboratoire informatique et une bibliothèque des droits de l'Homme auxquels a accès la société civile congolaise. En outre, la Maison des Droits de l'Homme met à disposition des salles de conférence pouvant être utilisées par ses partenaires pour organiser des réunions, des formations, des forums de discussion, des événements médiatiques et autre. 

La Maison des Droits de l'Homme dispose d'une riche base de données en ligne contenant des documents relatifs aux droits de l'Homme, disponible sur son site internet. Cette base de données rassemble les documents internationaux et régionaux relatifs aux droits de l'Homme et à la RDC. Elle contient aussi des documents nationaux sur les droits de l'Homme, notamment des lois, résolutions, plans d'action, et autres rapports pertinents. 

La Maison des Droits de l'Homme a élaboré un logiciel permettant de cartographier les acteurs de la société civile qui sont spécialisés dans les droits de l'Homme. Cette cartographie donne aux organisations non gouvernementales de défense des droits de l'Homme des informations et des données fiables leur permettant d'accroître la crédibilité de leurs communiqués et déclarations, l'efficacité de leurs campagnes de plaidoyer et d’asseoir leur réputation auprès des interlocuteurs gouvernementaux.

5. Protection des défenseurs des droits de l'Homme

Les défenseurs des droits de l'Homme en RDC jouent un rôle crucial dans l'avancement des réformes démocratiques et la protection des droits de l'Homme par leurs actions de plaidoyer, de militantisme et de mobilisation de l'opinion publique. Le décès en 2010 de Floribert Chebeya Bahizire et de Fidèle Bazana rappelle douloureusement qu'il faut soutenir davantage les associations de défense des droits de l'Homme et les défenseurs des droits de l'Homme. Beaucoup d'autres défenseurs des droits de l'Homme et de journalistes congolais ont payé de leur vie leur engagement. Malgré des obstacles sérieux et un contexte professionnel difficile et dangereux, les défenseurs continuent à militer pour la défense des droits de l'Homme en RDC. 

À la demande des organisations non gouvernementales partenaires locales, la Maison des Droits de l'Homme a aidé à mettre en place un système d'alerte et de protection des défenseurs des droits de l'Homme susceptibles d'être victimes d'arrestations arbitraires, de torture, d'intimidation ou d'autres dangers sécuritaires, sur la base de la solidarité de la société civile. À l'aide de ce système, des points focaux défenseurs des droits de l'Homme peuvent se rendre sur le lieu d'une menace pour témoigner et proposer une protection adaptée, coordonner et faciliter une réinstallation temporaire, sécuriser les personnes en danger, et faire appel à la communauté internationale pour faire pression sur les auteurs des menaces. Le système fonctionne à Kinshasa et à Goma.

La Maison des Droits de l'Homme constitue un espace sûr où peut se tenir un dialogue constructif entre l’Etat, les organisations de la société civile et les autres parties prenantes.