Les organisations multilatérales régionales ont élaboré des mécanismes et instruments propres aux droits de l'Homme. Les instruments régionaux des droits de l'Homme sont ancrées dans le droit international. Ils jouent un rôle essentiel dans la localisation des droits de l'Homme.
 
Divers organismes intergouvernementaux ont élaboré des conventions et des déclarations relatives aux droits de l'Homme qui sont propres à chaque région. Comme dans le système international, certaines de ces conventions s'accompagnent d'organes de supervision chargés de surveiller l'application par les Etats de leurs conventions respectives. Ces organes défendent et protègent les droits de l'Homme, par les actions suivantes :
  • recevoir et arbitrer les plaintes individuelles et intergouvernementales ;
  • déterminer ce qui constitue une violation des droits de l'Homme et donner accès à un tribunal régional habilité à prendre des décisions juridiquement contraignantes ;
  • mener des activités dans les pays ;
  • tenir des réunions avec chaque État ;
  • tenir des audiences faisant l'objet d'une grande publicité ;
  • faire appel à d'autres mécanismes (par exemple les Rapporteurs Spéciaux) ;
  • recourir aux procédures d'urgence. 

L'Europe a mis en place trois organismes, disposant chacun de ses propres mécanismes ou instruments de défense des droits de l'Homme, à savoir le Conseil de l’Europe, l'Union Européenne et l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe. La Cour Européenne des Droits de l'Homme, un organe subsidiaire du Conseil de l’Europe, est la principale instance où sont jugés les cas relatifs aux droits de l'Homme et où est élaborée une jurisprudence souvent progressiste.

 
En Amérique, l'Organisation des Etats Américains a élaboré plusieurs instruments interaméricains de défense des droits de l'Homme, notamment la Déclaration Américaine des Droits et des Devoirs de l'Homme (1948) et la Convention Américaine relative aux Droits de l'Homme (1969). Les principaux mécanismes de supervision sont la Commission Interaméricaine des Droits de l'Homme et la Cour Interaméricaine des Droits de l'Homme.  
 
En Afrique, un système régional de défense des droits de l'Homme a été mis en place par l'Organisation pour l'Unité Africaine (OUA), devenue l'Union Africaine (UA) en 2001. Les instruments principaux de défense des droits de l'Homme incluent la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (1981). Les principaux mécanismes de supervision sont la Commission Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples et la Cour Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples.
 
En Asie, l'organisation intergouvernementale régionale, l'Association des Nations d'Asie du Sud-Est (ASEAN), a avancé en matière de mise en place d'un système régional de défense des droits de l'Homme pour l'Asie du Sud-est. Il faut noter que la Charte de l'ASEAN, qui cite la responsabilité de l'ASEAN dans la protection et la promotion des droits de l'Homme, est entrée en vigueur en 2008, après sa ratification par 10 États. L'Article 14 de la Charte décrit la mise en place d'un organe de défense des droits de l'Homme. La Commission Intergouvernementale de l’ASEAN des droits de l'Homme a été établie le 23 Octobre 2009. La Déclaration des Droits de l'Homme de l'ASEAN a été rédigée en 2012.
 
Le Moyen-Orient n'a pas encore mise en place un système complet de défense des droits de l'Homme. Cependant, les pays de la région ont élaboré plusieurs instruments de défense des droits de l'Homme, notamment :