En vertu du droit international et régional, tout individu a des droits économiques, sociaux et culturels. Ainsi chacun a le droit à un travail décent dans des conditions équitables et le droit de former ou d'adhérer à un syndicat. Les citoyens ont droit à une éducation accessible et de qualité, notamment à l'éducation primaire gratuite et obligatoire pour tous. Tous les peuples, y compris les peuples minoritaires et autochtones, ont le droit d'observer les pratiques culturelles de leur choix. Chacun a le droit de jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible, ce qui implique d’avoir le droit à des services de santé accessibles et de qualité. Chacun a droit à un niveau de vie suffisant, notamment le droit à un logement et à une alimentation adéquats, un accès à l'eau potable et le tout dans un environnement salubre. 
 
Les Etats ont pour obligation de respecter ces droits, de les protéger et de les faire appliquer. Les Etats, même ceux qui disposent de peu de moyens, devraient continuellement s'efforcer de veiller à leur application. 
 
Cependant, beaucoup d’Etats ne remplissent pas toutes leurs obligations. Les violations des droits économiques, sociaux et culturels ont des répercussions particulièrement importantes sur les populations pauvres, vulnérables et marginalisées. Selon Amnesty International, plus de 900 millions de personnes souffrent chroniquement de la faim, environ 75 millions de personnes souffrent de malnutrition chronique, plus d'un milliard de personnes vit dans des bidonvilles ou des campements illégaux, et plus de 100 millions d'enfants n'ont pas accès à l'éducation primaire.
 
En RDC, comme dans beaucoup de pays africains, la situation est critique. Environ 40% de la population vit en milieu urbain et la majorité n'a pas accès à l'eau potable ou aux services essentiels d'assainissement. Les bidonvilles de la RDC sont vastes et pauvres. La malnutrition et la faim chroniques affecte la vie de centaines de milliers de personnes chaque jour. Les services de santé sont souvent inaccessibles, inabordables ou de mauvaise qualité. Beaucoup d'enfants ne peuvent pas fréquenter l'école. La majorité des congolais est employée dans le secteur informel et ne peut donc pas jouir de ses droits du travail.